Weekends entre passionnés

La crise sanitaire inédite que nous vivons a toutefois des conséquences positives, notamment sur l’environnement. Ainsi, l’arrêt brutal du trafic aérien a eu des effets favorables sur la qualité de l’air et le niveau de nuisances sonores. Ce sont tous les riverains, mais aussi de nombreuses espèces animales, qui profitent de ce moment de répit. La situation de confinement que nous subissons nous invite également à réfléchir tous à notre mode de vie et notre façon de voyager.

La qualité de l’air n’a jamais été aussi bonne

Selon AirParif, la qualité de l’air n’a jamais été aussi bonne en Ile de France depuis 40 ans, avec une amélioration de 20 à 30% par rapport à l’an dernier. AirParif relève une baisse de l’oxyde d’azote dans l’air de 60% et une baisse du dioxyde de carbone, un des principaux gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. Cette amélioration est essentiellement due à la baisse du trafic aérien et routier.

Les nuisances sonores ont chuté

La période de confinement est également une période de silence rarement connue pour les riverains des aéroports qui peuvent enfin apprécier le calme de leur jardin ou de leur terrasse.

La nature reprend ses droits

Partout dans le monde, on voit des photos d’animaux qui reviennent vers des espaces jusqu’ici pollués par l’activité humaine : dauphins dans les calanques, canards dans les rues des villes désertées, chant des oiseaux qui s’aventurent hors des parcs…

Voyager moins loin, sans prendre l’avion

Le trafic aérien est responsable de 3 à 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si le voyage en avion est autant critiqué, c’est également qu’il est le résultat d’un choix de consommation : voyager loin et se rendre rapidement à destination. 50% de l’émission de CO2 est produite par 1% des habitants de la planète, c’est-à-dire de nouveau par les plus riches d’entre nous. Est-il indispensable de prendre l’avion pour voyager ? Ne peut-on pas envisager d’autres moyens de transport ? Partir moins souvent et plus longtemps ? Partir plus longtemps en acceptant de voyager en train, ou alors accepter de réduire le temps à destination et profiter du temps de voyage ?

Une autre possibilité est aussi de voyager moins loin , à proximité, vers des destinations accessibles en train, en covoiturage, voire en vélo ! Et pour ce faire nous sommes plutôt bien servis en France !

En effet la France possède un patrimoine culturel sans équivalent : 3.498 édifices classés, 45.000 châteaux dont 11.000 classés monuments historiques, 8.000 musées… Elle compte également 45 sites classés au patrimoine de l’UNESCO. Et ce n’est pas tout ! Nous avons également en métropole 6 massifs montagneux, 430.000 kilomètres de rivières ou encore 5.400 kilomètres de côtes . Qui peut dire avoir tout visité ? Alors pourquoi aller passer nos weekends dans des destinations saturées comme Barcelone ou Venise et polluer la planète au passage ? Et pourquoi prendre l’avion pour voyager ? Polluer, survoler des paysages sans les voir véritablement, courir d’aéroport en hôtel ? Et si on voyageait autrement ?

Avez-vous déjà testé le voyage à vélo ? Rouler en sécurité et au calme sur des pistes cyclables ou des routes peu fréquentées ? Prendre le temps de voir les paysages dérouler, découvrir les innombrables odeurs de la végétation ? Nous avons 15.000 kilomètres de pistes cyclables aménagées en France.

weekend vélo cylotourisme

Vous préférez marcher ? La France est riche de 180.000 kilomètres de sentiers . Cet été , découvrez le monde autrement et pensez à respecter la nature !

weekend randonnée

Nous vous souhaitons de beaux voyages !

L’équipe de My weekend for you

Autres articles

  1. defismed
  2. Palmes du tourisme durable
  3. plateforme-collaborative-tourisme-collaboratif-weekend-visites-villages