Weekends entre passionnés

Polynésie française

Située dans le sud de l’océan Pacifique, plus précisément à 6 000 kilomètres de l’Australie, nous y allons vous y embarquer. La Polynésie française est connue pour son climat tropical et ses iles paradisiaques, nous en oublions même que ce territoire appartient à la France.

La Polynésie française est un vaste territoire puisqu’en effet, elle se compose de 84 atolls et de 34 iles hautes volcaniques. Le territoire s’étends jusqu’à cinq millions de mètres carrés. Mais, il s’agit avant tout d’un archipel divisé en cinq archipels intérieurs : la Société, les Australes, les Marquises, les Tuamotu et les Gambier. Il est impossible d’en faire le tour en un seul voyage nous allons alors se concentrer sur Bora Bora et Tahiti, il est possible d’y venir en toute saison et c’est d’ailleurs ce que recherche de plus en plus les touristes.

Avant de s’y rendre, il est important de se renseigner un peu plus sur ce cadre idyllique, et trouver des informations utiles lors du séjour !

Son emplacement au sein de la carte mondiale indique un décalage horaire conséquent qui est de 11 heures sur Papeete. Le seul moyen de s’y rendre est bien évidemment en avion, la durée du vol est de 20 heures pour un vol provenant de Paris à destination de Papeete avec une escale de 2 heures, en plus de 20 heures de vol effectué. Les tarifs sont à partir de 1100 euros minimums et peuvent croitre selon les dates auxquelles les touristes veulent voyager. Le réseau routier est plus développé sur l’ile de Tahiti qui est la plus grande ile mais le déplacement sur place peut s’effectuer également en bateau car plusieurs liaisons entre les iles sont assurées mais également par avion, il existe de petits aéroports qui sont desservis par Air Tahiti et Air Moorea.

La monnaie officielle est le franc pacifique. Le budget nécessaire pour un séjour d’une semaine est de 500 euros minimums pouvant aller jusqu’a même 1000 euros selon les activités que vous effectuerez. La vie quotidienne ne coûte pas excessivement chère, pour un restaurant le minimum est de 15 euros par personne et pour l’hébergement il est de 40 euros par personne pour une nuit.

Le moment le plus propice pour s’y rendre se trouve entre le mois d’avril et de novembre car il est déconseillé de s’y aventurer du mois de décembre à mars puisqu’il s’agit de la saison des cyclones.

Aucun passeport n’est nécessaire si vous êtes français, suisse ou belge mais aussi, aucun vaccins n’est obligatoire.

La cuisine polynésienne se compose à partir de la mer, c’est à-dire qu’ils cuisinent beaucoup le poisson.

On le prépare de plusieurs manières, mais la plus commune le coupe en dés, le « cuit » au citron, puis l’arrose de lait de coco (les Européens par exemple ajoutent à cela de l’oignon et de l’ail ; les Chinois quant à eux, des crudités). On le grille aussi volontiers (entier ou en brochettes) : thon, daurade, poisson lune, mérou, espadon, bonite… y passent. On peut le frire, mais les bénitiers et les oursins, eux, se mangent crus ; crabes, crevettes, langoustes, squilles se cuisent. Le gingembre ou la vanille viennent en appoint du lait de coco ou du citron vert.

La recette traditionnelle que composent les polynésiens est le cochon de lait à l’étouffée. Il est cuit dans un « four » creusé dans le sol pour l’occasion et garni de pierres chauffées à blanc, avec une viande installée dans le trou, on la recouvre de palmes et d’une couche de terre. La cuisson dure plusieurs heures. On cuit avec le cochon du poisson ou du poulet, du taro, du fruit à pain, des patates, des ignames, du fafa qui sont des feuilles comestibles. Il s’agit là d’un plat de fête. Cependant la fast food tahitienne est représentée par des brochettes, des soupes chinoises, des frites ou bien du fruit à pain au corned beef.

La Polynésie française détient toutes sortes de traditions et de pratiques plus ou ou moins connues par le monde entier.

Secrets de Bora Bora

La pratique du tatouage provient historiquement de la Polynésie.

Le tatouage ou « tatau » marquait l’entrée dans la vie d’adulte. Il est réalisé par étapes au cours d’une vie, il en résumait en quelque sorte le cours, avec ses hauts-faits, permettant au statut de chacun, et surtout des chefs, de s’afficher aux yeux de tous.

Cependant le tatouage n’était pas le même d’une ile à une autre, les corps étaient plus ou moins ornés : il était complet aux îles de la Société, aux Australes ainsi qu’aux îles Cook, tandis que le tatouage était plus impressionnant encore aux Marquises, où il s’imposait des orteils au cuir chevelu en passant par les parties génitales, les fesses, les paupières et la langue. Pour les femmes, elles étaient surtout tatouées sur le visage, les membres et les doigts.

Les dessins ont souvent étés très élaborés, ils étaient pour la plupart géométriques et zoomorphes, alternant avec des parties pleines. On note aussi des motifs particuliers, comme ceux des prisonniers de guerre, tatoués sous les paupière. Pour la réalisation des tatouages ils utilisaient des dents de requins ou d’os affûtés, plongés dans une encre tirée de la combustion de la noix du bancoulier.

Il y a même des cérémonies autour des séances de tatouage comme c’est toujours le cas aux Samoa. La pratique fut interdite par les missionnaires et donc a faillit disparaitre, mais les marins des iles Cooks qui étaient tatoués ont exhibés à leur retour leurs exotiques trophées en y répandant la mode dans les ports d’Europe. Le phénomène s’est donc renforcé et est donc en pleine renaissance depuis.

Les traditions et la foi des polynésiens sont un véritable ciment indéfectible.

Les principaux sujets représentés lors de spectacles ou de créations musicales et artistiques sont la guerre et l’amour, deux éléments qui représentaient les sujets de préoccupation majeurs de l’époque. C’est aussi sur les tatouages que l’on découvre les sentiments d’appartenance.

Les polynésiens maintiennent des traditions très importantes et qui revêtent chacune des significations précises. A l’occasion d’un séjour en Polynésie, les visiteurs peuvent découvrir l’art du tatouage, les spectacles traditionnels, mais aussi assister à du chant polyphonique ou des musiques réalisées au son des instruments traditionnels.

En terme de religion en Polynésie,  les protestants traditionnels sont un peu moins de 40%, talonnés par les catholiques. Les mormons se situent entre 6 et 7% et les « sanito », qui en sont issus, autour de 3,5%. L’Eglise adventiste peut revendiquer près de 6% de fidèles. Ils ne sont pas polythéiste comme certaines personnes pourraient le croire.

Les Tahitiens représentent environ 43% de la population. Les métis sont 20%. Puis viennent les Français qui représente quant à eux un peu plus de 10% ainsi que les Hakkas, venus à la fin du XIXe siècle ; les Tuamotu (8,4%) ; les Tubua’i (4,4%)  et enfin les Marquisiens (3,2%)…

Leurs culture est si riche et à besoin d’être connu auprès de tous, comme nous l’avons vu, nous devons l’admettre les tahitiens sont le peuple le plus nombreux de la Polynésie française. Ils nécessitent une attention particulière car il y a tant de choses à découvrir sur ce peuple à la culture si intéressante.

Qu’en est-t-il de la culture tahitienne ?

Envie d’en savoir plus ? Retrouvez ici plus d’informations  sur la culture à Tahiti ou à Bora Bora