Weekends entre passionnés

Lire l’article : 

 


Reproduction de l’article d’Annie Vergnenègre

Vaucluse : un site pour échanger des week-ends gratuits entre passionnés

© Myweekendfor you
© Myweekendfor you

Depuis plusieurs années, le tourisme collaboratif est en plein essor. Lancée il y a deux ans, la start-up vauclusienne My Week-end For You surfe sur l’hébergement gratuit et le partage d’une passion, .

Par Annie Vergnenegre

Depuis plusieurs années, le tourisme de partage est en plein essor. Un Français sur 3 a déjà eu recours à l’économie collaboratif pour partir en vacances.

© Philippe Beauverger France 3 Provence Alpes
© Philippe Beauverger France 3 Provence Alpes

Lancée il y a deux ans, une start-up vauclusienne surfe sur ces valeurs de rencontre et de partage en proposant un hébergement gratuit autour de centres d’intérêts communs. C’est My Week-end For You.

Une expérience authentique

Le vacancier 2.0 se se satisfait plus de séjours bon marché, il attend plus. Il veut vivre une expérience authentique et rencontrer des gens sympas.

© Philippe Beauverger France 3 Provence Alpes
© Philippe Beauverger France 3 Provence Alpes

La start-up My Week-end For You est basée à Saint-Saturnin-Lès-Avignon. “C’est une façon de faire des rencontres marquantes, explique Sabine Fathy, cofondatrice.

On met en relation des membres qui veulent partager un week-end dans le même univers, des cavaliers avec des cavaliers, des cyclistes avec des cyclistes.

Balade à moto, visite de patrimoine, randonnée pédestre, trail, il y en a pour tous les goûts et toutes les passion.

La réciprocité n’est pas systématique

Pour voir les profils, c’est gratuit. Pour contacter un hôte et organiser son week-end, il faut prendre un pass (30 euros) valable un an.

Vous accueillez, vous partez.

Le principe est simple “Vous accueillez, vous partez” mais la réciprocité n’est pas obligatoire.

“Les membres ne sont pas tous hébergeurs, indique Sabine Fathy. Certaines membres ne peuvent recevoir. Et certains hébergeurs ne souhaitent pas forcément aller dans la région d’origine des personnes reçues. Ils ont accés à toute la base d’échange et peuvent même changer d’univers. Un cavalier qui reçoit un cavalier peut très bien ensuite choisir un week-end d’oenologie”.

Des annonces contrôlées

“On remarque quand même que les gens aiment la réciprocité, souligne Sabine Fathy, quelque de fort se noue pendant le week-end”.

On a misé sur la passion, vecteur de confiance et d’affinité,

ajoute-elle.

© Philippe Beauverger France 3 Provence Alpes
© Philippe Beauverger France 3 Provence Alpes

Tous les annonceurs sont contrôlés, pour s’assurer de leur sérieux et débusquer les “pro” qui avanceraient masqués. “Quand une annonce est trop bien faite, on contacte le membre et on vérifie qu’il s’inscrit bien dans notre réseau d’hospitalité avec un accueil gratuit.”

Chez certains hôtes, c’est “logi et nourri”. “Mais pour les repas, rien n’est obligatoire, rassure Sabine Fathy, chacun s’entend comme il veut. Même chose pour les conditions d’accueil, le ménage, la propreté, les animaux… Du moment que tout est clair, il n’y a pas de tromperie”.

Créer une communauté

My Week-end For You, qui fête ces deux ans en ce mois de mars compte à ce jour 28 000 membres et 454 hôtes. En deux ans, 200 week-ends ont été organisés.

La start-up n’est pas encore rentable et sa survie n’est pas assurée. Impératif pour durer : se constituer une communauté.

© Philippe Beauverger France 3 Provence Alpes
© Philippe Beauverger France 3 Provence Alpes

“Il nous faudrait plus de 100 000 membres et 10 000 week-ends organisés, note Sabine Fathy. Notre objectif dans les deux ans, c’est de nous developer sur les capitales européennes et à l’Internationale. On est déjà présents en Angleterre, Italie, Belgique, Algérie, Maroc, Tunisie et en Afrique francophone. Au total, dans 28 pays”.

Première à se lancer sur ce nouveau créneau en France, My Week-end For You doit déjà faire face à la concurrence de poids-lourds du tourisme participatif qui ont eux aussi senti souffler un vent porteur.