Weekends entre passionnés

Tourisme solidaire : comment voyager responsable en seulement 4 étapes

 

Apparu depuis peu, le tourisme solidaire, à ne pas confondre avec le tourisme humanitaire, est une nouvelle forme de tourisme en pleine expansion.

Finis les grands hôtels de luxe avec piscine chauffée et SPA, les boites de nuits ou encore les plages noires de foule. Immergez vous vraiment dans les cultures des pays dans lesquels vous voyager et participer directement au développement de régions délaissées par le tourisme de masse.

Attention ! Ce tourisme présente des règles très importantes à respecter afin qu’il ait la qualification de solidaire.

Voici donc 4 étapes pour réaliser un voyage solidaire :

 

 Choisissez la bonne destination

 

Bien choisir sa destination est primordial !

Pour le tourisme solidaire, inutile de choisir un pays développé et dont l’économie est déjà fructueuse, le but étant d’aider au développement de la région, cela serait complètement superflu. Des pays comme le Canada, les Etats Unis ou encore les pays d’Europe occidentale sont donc à éviter. Ce sont donc les pays émergents ou du tiers monde que vous viserez. Vous pourrez donc y apporter votre aide mais vous bénéficierez aussi de magnifiques souvenirs à travers leurs cultures bien loin de la culture occidentale.

Après avoir choisi votre destination, faites encore bien attention. Evitez la capitale ou les villes les plus développées économiquement ou c’est en générale le tourisme de masse qui règne et où vous ne trouverez aucune trace de culture authentique et locale. Par exemple, si vous vous envolez pour le Maroc, choisissez le berbère ou encore le nord du Maroc, régions encore reculées mais dont la culture authentique vous ravira, que les villes hautement touristiques comme Marrakech ou Casablanca. Préférez donc des endroits reculés et peu développés pour aider à réduire les inégalités au sein du pays.



Respectez la nature et l’environnement local

 

Voilà une étape qui semble évidente mais qui reste tout de même négligée même quand les intentions sont bonnes.

Tout d’abord, partez en petit groupe. Plus le nombre de personne est important, plus le risque de détérioration de l’environnement est élevé. Les guides locaux vous emmèneront surement sur des sites protégés et très fragiles, le nombre de visiteurs doit donc être limités pour ne pas piétiner le peu qui a échappé au tourisme de masse et aux grandes entreprises pilleuses de ressources. Nous voulons à tout prix éviter ce qui se passe par exemple sur l’Himalaya : le trop grand nombre de touristes, bien que bien intentionnés participent malgré eux à la déforestation de cette magnifique zone pour l’établissement de leur campement.

Puis, abordez tout simplement un comportement éco responsable qui vaudra partout où vous irez : jeter vos détritus à la poubelle, recyclez, prenez les transports en commun…







 Immergez vous dans la culture locale et respectez la

 

Grâce au tourisme solidaire, vous pouvez plonger dans de nouvelles cultures avec un contact direct avec les locaux.

Mais attention, veillez bien à respecter leur cultures et coutumes. Vous ne voudriez pas manquer de respect aux gens qui vous accueillent chez eux et qui vous font découvrir les merveilles de leur pays.

Pour cela, renseignez vous de manière détaillée sur la destination : Quel type de vêtement est approprié dans ce pays ? Quel comportement peut paraître irrespectueux ? Comment salue-t-on les gens ? …

Apprenez aussi quelques mots dans la langue parlée, c’est une erreur que de nombreux touristes commettent. L’anglais ne suffit pas et n’est souvent pas maîtrisé par les populations locales. Il s’agit aussi d’une forme de respect pour la destination et ses habitants.

Prenez donc le soin d’en apprendre plus sur votre destination, cela vous garantira une expérience encore plus favorable et qui vous permettra d’éviter des moments de gêne

 Participez au développement de l’économie locale

 

Nous concluons cette petite liste par l’aspect le plus important et la définition même du tourisme solidaire : vous devez participer au développement économique de la zone et aux conditions de vie de ses habitants.

Si vous vous engagez à faire du tourisme solidaire, vous devrez aider, et nous entendons par cela financièrement, l’économie locale et la situation des habitants. Pour cela, vous pouvez acheter dans des commerces locaux ( sans vouloir négocier les prix bien entendu ) que ce soit des souvenirs ou bien des nécessités. Vous pouvez aussi demander les services de guides touristiques locaux, cela participe non seulement à la création d’emplois et de formation mais aussi dans certains endroits à l’émancipation de la femme et à l’amélioration des classes sociales.

Vous pouvez aussi participer directement à l’amélioration des conditions de vie des habitants par la construction de puits, donation de livres scolaires, installation de panneaux solaires …

N’oublions pas que le tourisme solidaire se base sur le partage et qu’il est donc légitime que vous aussi vous apportiez en retour.

 

Grâce à cette liste vous êtes maintenant paré pour cette belle aventure qu’est le tourisme solidaire !